Organiser les espaces de l’école pour varier les modalités d’apprentissage, Ecole primaire jean Macé, 85450 Champagne les Marais, académie de Nantes

   site: http://passerelle.ac-nantes.fr/ecolechampagnelesmarais/ 
   Fiche : http://eduscol.education.fr/experitheque/consultFicheIndex.php?idFiche=12786

La coopération entre des tous petits, encore peu sûrs d’eux, et des élèves, plus aguerris, de moyenne et grande sections est une des clés de la réussite. les plus petits, par imitation, acquièrent de nouvelles compétences, en même temps qu’ils développent leur langage… Et de la même façon les plus grands développent leur sens des responsabilités et se voient dans l’obligation de reformuler leurs acquis pour les transmettre, sous le regard vigilant et attentif de l’adulte qui peut répondre à la demande d’aide et aux besoins individuels de chacun. . A cette fin, une nouvelle organisation de l’espace et du temps a été mise en place afin de développer l’autonomie et l’entraide entre les enfants, tout en répondant aux exigences des nouveaux programmes de l’école maternelle, qui soulignent la place du jeu au cœur des apprentissages. L’équipe a aménagé les salles en fonction des activités calmes ou bruyantes, autonomes ou encadrées, où les élèves peuvent librement se déplacer en fonction de leurs besoins et de leurs envies (notamment le besoin de mouvement pour les plus jeunes), en rationnalisant les aménagements, en mutualisant les ressources. . coins jeux d’imitation, coins jeux de construction (souvent bruyants) et tables pour ceux des ateliers pédagogiques plus dirigés ou activités autonomes qui demandent concentration et calme de la part des enfants et des enseignantes. Cette nouvelle organisation du travail et des espaces permet de dégager des moments « privilégiés », où l’enseignante prend en charge de petits groupes pour des apprentissages clairement ciblés (langage, découverte d’un nouveau matériel, résolution de problème, séances de motricité) …mais ce sont aussi des moments plaisants de relation « maître/élèves » que l’enfant accepte et vit comme un moment attendu, et qui peuvent donc aussi relever de l’esprit de complicité du jeu.