Depuis plusieurs siècles, il existe une tradition de pédagogues que Houssaye (1996) nomme les pédagogues « du coeur ». Ces pédagogues ont vanté les mérites de la relation affective entre éducateurs et adolescents, en particulier avec les adolescents difficiles. Récemment, en psychologie de l'éducation, les effets de la relation enseignant-élève ont été beaucoup étudiés. Les études quantitatives indiquent que la proximité affective enseignant-élève favorise a de très nombreux effets bénéfiques, même si on l'évalue des années plus tard.

En revanche, les déterminants de la relation enseignant-élève ont été beaucoup moins étudiés. Comment les enseignants peuvent contribuer à établir des relations de nature à favoriser la réussite scolaire et l'adaptation psychosociale des élèves ? Les résultats que j'aimerais présenter montrent que l'engagement affectif des enseignants, opérationnalisé avec le concept d'amour compassionnel, est un déterminant de la qualité de la relation enseignant-élève. Ils étayent donc l'hypothèse des pédagogues « du coeur » : aimer les élèves favorise leur réussite et leur développement, ce qui peut s'interpréter à l'aide de la notion de sécurité affective proposée par la théorie de l'attachement.