Outre la promotion des tables rondes comme « modélisation d’une situation de débat public » (Michel Lussault) de nature à développer l’esprit critique et les compétences argumentatives des lycéens, le but de ce dispositif est aussi d’être un facilitateur de projets pluridisciplinaires et un accélérateur des synergies entre établissements à l’échelle inter-académique.

Le schéma (ci-après) montre que le dispositif évolue à partir de du projet initial (organiser des tables rondes publique dans les lycées). Il devient une interface entre des équipes pluridisciplinaires dynamiques et une « offre ouverte », constituée de projets, dispositifs et partenariats proposés par des institutions (académies, collectivités, universités), des associations ou des structures professionnelles. Le succès du dispositif reposant incontestablement sur le double principe du volontariat et de l’autonomie, tant au niveau des équipes pédagogiques que de celui des élèves ou étudiants (certaines activités étant proposées à toute la classe mais d’autres à des groupes plus motivés).

Ainsi, le dispositif pourrait continuer de se développer suivant une logique réticulaire (de réseau), voire de clusters(diffusion de l’innovation par grappes à partir de groupes de développement). Les équipes engagées dans les Débats citoyens bénéficient de facilités logistiques et budgétaires, mais aussi des apports de la recherche, de la mutualisation pédagogique et de toute sorte d’opportunités en termes de projets : blog Villa Voice, Amphis de Lyon 2, festival Mode d’Emploi, projet radio, publication, actions de démarche participative et citoyenne.

Les perspectives de développement sont donc réelles. Tout dépend des énergies et des soutiens qui pourront être mobilisés. Voici, par exemple, deux pistes : un projet radio (qui a commencé à être mis en place dans six lycées dès cette année 2015-2016) et une idée pour former les jeunes à l’art de maîtriser la parole et à débattre en public. Ce dernier pourrait faire l’objet de formation pour les enseignants – au niveau national ou académique – en partenariat avec les ESPE, la DAFOP ou d’autres partenaires (IEP par exemple).

Un bon moyen de faire vivre la laïcité et les valeurs républicaines, non ? [ En savoir plus|http://eduscol.education.fr/experitheque/consultFicheIndex.php?idFiche=10057]